Mais à y regarder de plus près, on n’est pas étonné car on a là une brillante illustration de ce que l’on sait être la droite molle, ou la fausse droite, lorsque tombent les masques.

L’homme est élu PLR, mais il aurait pu être PDC, car aujourd’hui c’est pareil:
Vanter la taxe carbone pour des raisons bassement électoralistes, par intérêt (faire rentrer des recettes fiscales dont l’affectation ira tout sauf vers le ‘sauvetage de la planète’) et effacement de l’idée de nation, de la culture, de nos usages et moeurs par soumission aux Diktats de la globalisation.

La grande entreprise exige, en effet, de l’immigration de masse pour faire baisser les coûts de production (main d’oeuvre bon marché) afin de nourrir efficacement un consumérisme effréné qui peut seul les sauver.

Comment encore accorder notre confiance à ceux qui déconstruisent, par ces motifs, toutes les valeurs qui nous sont chères?

L’idée même d’une nation c’est le vouloir-vivre collectif au sein d’un territoire donné. Cela implique nécessairement que l’intérêt de ses membres soient protégés, qu’ils soient priorisés, et qu’ils passent, par conséquent, ‘avant les autres’.

Le nier revient à nier la raison même de l’élection d’un gouvernement.

Espérons que cette déclaration irresponsable n’ait été qu’opportuniste ou irréfléchie.

De toute évidence ce qui distingue Trump de Cassis, c’est le dévouement tout entier à sa Nation.
La posture ‘carpette’, ce n’est pas trop son truc.