Le courage politique

AU CONSEIL NATIONAL

AU CONSEIL NATIONAL

« Ensemble, reprenons la Suisse en mains »

 

Ronald Zacharias

Avocat de profession, promoteur, ancien député et conseiller municipal, je lutte contre les centaines de millions qui sont donnés aux autres alors que certains des nôtres sont dans la gêne et luttent pour boucler chaque fin de mois. 

C’est là une injustice choquante et on ne peut que comprendre la révolte de celles et ceux qui renoncent notamment aux soins dentaires, ou à réparer leur voiture, face à la démesure des prestations réservées à des personnes qui leur sont parfaitement étrangères. Cette manne doit clairement revenir aux nôtres, en toute priorité.

Ronald Zacharias

Avocat de profession, promoteur, ancien député et conseiller municipal, je lutte contre les centaines de millions qui sont donnés aux autres alors que certains des nôtres sont dans la gêne et luttent pour boucler chaque fin de mois. 

C’est là une injustice choquante et on ne peut que comprendre la révolte de celles et ceux qui renoncent notamment aux soins dentaires, ou à réparer leur voiture, face à la démesure des prestations réservées à des personnes qui leur sont parfaitement étrangères. Cette manne doit clairement revenir aux nôtres, en toute priorité.

Pourquoi je suis candidat

Je me présente à l’UDC parce que ce parti est la dernière digue contre la perte de notre identité que l’accord-cadre nous ferait perdre. 

Nous prônons une économie forte en tant que prérequis d’un social efficace et ne cédons pas à l’hystérie climatique tout en reconnaissant qu’il convient d’intégrer, avec raison, la protection de notre environnement dans notre modèle  de développement (économique, urbain et social).

Les élites politiques, engluées dans le ‘politiquement correct’ (politique d’asile), ont abandonné la nation et bradé nos valeurs suisses en gage de soumission à l’UE. 

Ces élites doivent être combattues et ramenées à la raison par des députés pourvus de courage politique. Les intérêts économiques de la Suisse se doivent d’être préservés, certes, mais pas au prix de sa disparition.

Mes priorités

Liberté et sécurité

Lâchés et abandonnés par les pouvoirs publics, nos policiers sont sanctionnés au lieu d’être remerciés. 

Cela doit changer.

La sécurité, garante de nos libertés, se doit d’être une politique publique avec laquelle on ne saurait transiger.

Politique d’asile

Reprendre le contrôle effectif de l’immigration et du gouffre financier qui l’accompagne. Il est inadmissible de voir nos nationaux dans l’indigence ou craindre le moindre pépin qui les empêche de boucler leur fin de mois.

Diminuons les montants astronomiques versés aux autres tant que certains des nôtres continuent de vivre dans l’indignité.

Economie et prospérité

Un niveau de vie décent pour tous, avec une solide préférence nationale pour l’emploi et l’octroi de prestations à la population. A quoi bon sinon des nations ?

Nous devons lutter contre la bureaucratisation qui pénalise l’activité économique, l’accès à  la propriété et agir contre un Etat social à l’excès, tentaculaire et avide de toujours plus de recettes fiscales.

Liberté et sécurité

Lâchés et abandonnés par les pouvoirs publics, nos policiers sont sanctionnés au lieu d’être remerciés. 

Cela doit changer.

La sécurité, garante de nos libertés, se doit d’être une politique publique avec laquelle on ne saurait transiger.

Politique d’asile

Reprendre le contrôle effectif de l’immigration et du gouffre financier qui l’accompagne. Il est inadmissible de voir nos nationaux dans l’indigence ou craindre le moindre pépin qui les empêche de boucler leur fin de mois.

Diminuons les montants astronomiques versés aux autres tant que certains des nôtres continuent de vivre dans l’indignité.

Economie et prospérité

Un niveau de vie décent pour tous, avec une solide préférence nationale pour l’emploi et l’octroi de prestations à la population. A quoi bon sinon des nations ?

Nous devons lutter contre la bureaucratisation qui pénalise l’activité économique, l’accès à  la propriété et agir contre un Etat social à l’excès, tentaculaire et avide de toujours plus de recettes fiscales.

Contact

Ronald Zacharias

Verbier

ronald@ronald-zacharias.ch